Navigation – Plan du site
Varia

Perception des végétaux chez les Ribeirinhos d’Amazonie brésilienne

Approche ethnobotanique dans la forêt nationale du Tapajós
Plants perception of the Ribeirinhos in the Brazilian Amazon : ethnobotanical approach in the Tapajós national forest
Claire Couly

Résumés

Cet article s’intéresse à la perception des végétaux d’une population traditionnelle vivant dans une aire protégée d’Amazonie brésilienne (les Ribeirinhos de la forêt nationale du Tapajós). Il traite successivement de l’identification et de la dénomination des plantes, des catégories locales des végétaux et de la correspondance entre nomenclature locale (parataxonomie) et nomenclature scientifique. Nous nous intéressons aux végétaux cultivés et spontanés, indépendamment du critère d’utilité des plantes pour la population locale. Seule l’analyse de la superposition de la taxonomie et parataxonomie s’est focalisée sur les espèces végétales forestières car celles-ci ont pu être identifiées par différents informateurs locaux lors d’inventaires ethnobotaniques dans des parcelles forestières.
Une approche en ethnobiologie et ethnobotanique quantitative a été développée afin d’analyser les savoirs écologiques locaux et de les mettre en parallèle avec les connaissances scientifiques. Une attention particulière a été apportée à l’analyse des discours des informateurs locaux.
Cette étude montre que la variation des critères pris en compte tant dans la reconnaissance que dans la dénomination des plantes (au niveau individuel et collectif) engendre une nomenclature locale riche et flexible, qui révèle une hétérogénéité des connaissances vis-à-vis de la diversité végétale. De plus, parallèlement à une opposition primordiale entre espèces domestiquées et espèces considérées sauvages, les Ribeirinhos distinguent neuf catégories englobantes de végétaux. Celles-ci se fondent sur des caractéristiques essentiellement morphologiques, avec cependant des superpositions possibles entre certaines catégories et des changements de catégories pouvant être opérés pour certains végétaux.
Au total, 439 morphotypes – ou ethnoespèces, unités minimales de perception de la biodiversité par la population locale - ont été recensés (arbres, palmiers, lianes, herbes), et 257 termes de base ont été relevés. Près de 77 % de ces morphotypes (337) se rencontrent exclusivement en forêt de terre ferme. Parmi eux, 206 ont été identifiés (soit 61 %) et correspondent à 214 espèces botaniques distinctes. Les deux taxonomies (populaire et scientifique) ne se superposent que partiellement puisqu’à peine la moitié des morphotypes ont une correspondance unique et exclusive dans la taxonomie scientifique, et qu’un même morphotype peut renvoyer à plusieurs espèces de genres, voire de familles différentes.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour objectif d’analyser la perception des végétaux d’une communauté de Ribeirinhos d’Amazonie brésilienne. Il traite successivement de l’identification et de la dénomination des plantes, de la correspondance entre nomenclature locale et nomenclature scientifique, et des catégories locales des végétaux cultivés et spontanés.

2Cette étude a été menée dans la forêt nationale du Tapajós (FNT), une aire protégée brésilienne de 600 000 ha couverte de forêt tropicale dense et située dans l’est de l’État du Pará, au sud de la ville de Santarém (Carte 1). La rive droite du fleuve Tapajós est peuplée essentiellement de Ribeirinhos venus s’installer dans la région il y a 150 ans environ au début de la période extrativiste, succédant à la présence des Amérindiens Tapajós et Mundurucus sur ce territoire (Couly 2009). Les Ribeirinhos, aussi appelés caboclos, sont issus du métissage entre Amérindiens et premiers colons européens arrivés en Amazonie ; ils vivent communément le long des fleuves en Amazonie. Ils pratiquent une agriculture familiale d’autosubsistance basée sur l’agriculture sur brûlis, avec comme plante principale le manioc (Photographie 1), complétée par des activités de chasse, de pêche et d’extractivisme forestier. Par ses différentes composantes, le système local de production est analogue à celui pratiqué par l’ensemble des populations riveraines d’Amazonie (Denevan & Padoch 1988 ; Padoch & De Jong 1992).

Carte 1. Localisation de la forêt nationale du Tapajós (en vert sur la carte du Brésil) et de notre village d’étude (Acaratinga) au sein de l’aire protégée (cercle noir sur la carte de droite)

Carte 1. Localisation de la forêt nationale du Tapajós (en vert sur la carte du Brésil) et de notre village d’étude (Acaratinga) au sein de l’aire protégée (cercle noir sur la carte de droite)

Photographie 1. Abattis dans la forêt nationale du Tapajós

Photographie 1. Abattis dans la forêt nationale du Tapajós

C. Couly

3Deux missions de terrain ont été réalisées dans la FNT dans le cadre de mon doctorat (octobre à décembre 2006 et juin à septembre 2007), plus particulièrement dans le village d’Acaratinga, situé au nord de la FNT (Carte 1, coordonnées 55°03’’13 O / 2°51’’07 S). Une autorisation du Conseil de gestion du patrimoine génétique (CGEN) a été obtenue au préalable pour mener cette recherche.

4Une approche en ethnobiologie et en ethnobotanique quantitative a été developpée afin d’analyser les savoirs écologiques locaux et les mettre en parallèle avec les connaissances scientifiques. Ceci s’est traduit par : i) la réalisation d’inventaires ethnobotaniques et écologiques dans les jardins, abattis et forêts en compagnie d’informateurs locaux (dont un inventaire de tous les arbres, arbustes, lianes, palmiers de diamètres à hauteur de poitrine ≥ 5 cm sur 2,3 ha de parcelles forestières) ; ii) un suivi des prélèvements des ressources végétales et animales dans les familles villageoises, iii) le recueil et analyse des discours villageois relatifs aux plantes (retranscrits par la suite), iv) des observations participantes. La méthodologie est détaillée dans Couly (2009). Tous les échantillons botaniques récoltés ont été déposés et identifiés (Annexe) à l’herbier de l’Embrapa Amazônia Oriental (Belém, Brésil).

5Nous nous intéressons dans le cadre de cet article aux végétaux cultivés (issus des abattis et jardins) et spontanés (forestiers ou adventices), indépendamment du critère d’utilité des plantes pour les Ribeirinhos (pour une analyse d’ethnobotanique quantitative focalisée sur les espèces forestières utiles se référer à Couly & Sist (2012). L’analyse de la superposition de la taxonomie et parataxonomie s’est focalisée sur les espèces végétales forestières car celles-ci ont pu être identifiées par différents informateurs locaux lors d’inventaires ethnobotaniques menés dans des parcelles forestières.

6Les discours ou expressions des villageois insérés dans le corps du texte sont indiqués en italique s’ils apparaissent en portugais et entre guillemets droits mais sans italique lorsqu’ils sont retranscrits directement en français. Des précisions ont pu être apportées directement dans les citations traduites afin de faciliter la compréhension des propos : elles sont alors indiquées soit entre parenthèses, lorsqu’il s’agit de la traduction littérale d’un mot ou d’une expression, soit entre crochets, lorsqu’il s’agit de précisions non formulées par l’interlocuteur. Les mots ou noms de plantes en portugais sont laissés en italique. Afin de rendre compte de la diversité des savoirs, nous avons indiqué à la fin de chaque citation le numéro de référence (entre crochets), attribué à chaque informateur local (15 hommes au total).

Identification et dénomination

7La nomenclature des végétaux des Ribeirinhos se fonde sur des règles générales rencontrées dans les nomenclatures populaires. Les plantes sont désignées par un terme de base (ou nom de base) simple (ex : muirapixuna) ou composé (ex : pau de quina, littéralement « arbre quina »). Ce terme de base peut lui-même être suivi ou non d’un ou plusieurs déterminants : ex : louro preto (« louro noir », terme de base simple + un déterminant), pimenta malagueta comum (« piment malagueta commun », terme de base simple + deux déterminants), pau de tocandeira amarelo (arbre tocandeira jaune, terme de base composé + un déterminant). Les plantes ayant le même terme de base sont regroupées dans une même série et sont distinguées par des déterminants différents (ex : dans la série du abiuzeiro : abiu vermelho (« abiu rouge »), abiu felpudo (« abiu à feuilles pubescentes »), abiu branco (« abiu blanc »), abiu cutite...). Cette terminologie reprend celle utilisée par Friedberg (1990).

  • 1 Les morphotypes correspondent aux unités de reconnaissance des végétaux selon les villageois (Lawre (...)

8Les termes qualidade, marca, raça, tipo, ou espécie, sont couramment employés pour distinguer les plantes entre elles, qu’elles aient le même nom de base ou non. Selon le contexte de l’énonciation, ces termes locaux ne sont pas toujours synonymes, c’est-à-dire situés au même niveau taxonomique de la nomenclature populaire. Par exemple lorsqu’un informateur commente : « a ginja do quintal e a ginja da mata são da mesma raça, são duas qualidades » (« la ginja du jardin et la ginja de la forêt sont de la même race, ce sont deux qualités »), la « race » désigne ici le groupe du nom de base (ginja) et les « qualités » les déterminants. De façon générale, la qualidade est l’unité taxonomique minimale de reconnaissance d’un morphotype1. Pour reprendre l’exemple précédent, l’informateur qui distingue le ginja da mata (« ginja de la forêt ») et le ginja do quintal (« ginja du jardin ») ne distingue pas d’autres sous-types de ces deux végétaux.

9L’identification des plantes se fonde sur de nombreux critères faisant intervenir les caractéristiques morphologiques, olfactives et gustatives des différents organes et parties végétales (tronc, bois, feuilles, écorce, fruits, fleurs...).

“Je regarde d’abord l’écorce. Si je ne peux pas la reconnaître, j’en coupe un bout pour la sentir et pour regarder le bois, pour voir sa couleur ou voir s’il a des motifs (des dessins). Ensuite, je regarde la feuille...” [13]

10Les critères morphologiques d’identification se reflètent le plus fréquemment dans les noms attribués aux végétaux, soit au niveau du terme de base (les termes de base composés seront suivis d’un astérisque* ci-dessous), soit, comme c’est le cas le plus fréquent, au niveau des déterminants. D’autres critères liés à la connaissance écologique des végétaux, à leur utilisation, ou encore à leur catégorisation, interviennent également dans la nomenclature locale. Celle-ci renseigne ainsi sur :

    • 2 Nous donnons ici la traduction littérale du nom en portugais, sans chercher à donner l’équivalent d (...)

    les caractéristiques du bois (celui-ci est désigné localement par les termes madeira, carne, ou, pour le bois de coeur, cerne) :
    – dureté : ex : louro pedra (« louro pierre », faisant allusion à la densité du bois), joão mole* («  joão tendre » car le bois est peu résistant)
    – couleur : ex : angelim da branca (« angelim blanc »)2, cumaru preto (« cumaru noir »), itaúba amarela/preta (« itaúba jaune/noir »)

11À noter que lorsqu’un arbre n’est pas reconnu par un identificateur, il est fréquemment désigné en fonction de la couleur du bois ou de sa dureté/« fragilité » (madeira fraca/madeira de lei), ces deux aspects étant en partie liés à l’abondance de l’aubier ou du duramen.

  • les caractéristiques de l’écorce :
    – couleur : ex : cipó preto* (« liane noire »), embaúba da branca/vermelha (embaúba « blanc/rouge »), murteira da casca vermelha/branca (« murteira d’écorce rouge/blanche »)
    – texture : ex : papelinho (« petit papier »), louro cascudo (« louro à écorce épaisse »), cipó liso* (« liane lisse »)
    – relief : ex : pau de quina* (« arbre à tronc canelé »), cipó quina* (« liane quina »)
    goût : ex : fava amarga (« fava amère »)
    – odeur : ex : itaúba abacate (« itaúba avocat », l’odeur rappelant celle de l’avocat), cipó d’alho* (« liane ail »)

  • les caractéristiques des fruits :
    – couleur : ex : ipê amarelo/ipê roxo (« ipê jaune/rose »)
    – taille : ex : ingá grande/pequeno (« ingá grand/petit »), cumaru grande/ cumaí (« grand cumaru /petit cumaru  »)
    mode de déhiscence : ex : caracaxa (onomatopée faisant référence à l’éclatement de la gousse lors de la dissémination des graines)

  • les caractéristiques des feuilles :
    – pubescence : ex : abiu felpudo (« abiu pubescent »)
    – taille : ex : louro da folha fina/louro da folha graúda (« louro à petites feuilles/grandes feuilles »)

  • la couleur des fleurs (ex : ipê branco/roxo (« ipê blanc/rose ») ou des graines (tenteiro vermelho/amarelo/flamengo , « tenteiro rouge/jaune/rouge et noir »)

    • 3 Les exsudats sont nommés par différents termes locaux : "lait" (leite) lorsqu’il s’agit d’un exsuda (...)

    la présence d’exsudat3 dans le tronc (ex : breu sucuruba) ou la couleur de cet exsudat (ex : janitá vermelha (« janita rouge »), cipó de água* (« liane d’eau »).

  • la taille des arbres ou des palmiers : ex : pitomba da grande/pitomba do pequeno (« grand/petit pitomba »), tucumãí/ tucumã açú (« grand/petit tucumã »)

  • la présence d’une écorce interne fibreuse (appelée localement envira) et sa caractéristique : ex : envira lisa/preta (« envira lisse/noire », sous entendu arbuste à envira lisse/noire)

  • un détail morphologique caractéristique : ex : unha de gato* (« griffe de chat », dû à la présence de petites épines de la même forme sur cette liane), olho de veado* (« œil du daguet rouge », graine ayant une taille similaire à celle de l’œil de ce cervidé, le daguet rouge).

  • l’utilisation faite du végétal : ex : pau de pilão* (« arbre de pilon »), cipó de água*(« liane eau »), cipó xafarí* (« liane xafarí », du nom de la technique (xafarí) utilisée pour extraire l’eau de la liane), caniceiro (« canne à pêche » [arbuste dont les branches servent à cet usage]), vassoura (« balai »), facheiro (« flambeau »), taxi de vara (arbre dont le bois sert à la fabrication de perche-vara- pour les pirogues), pau para tudo* (« arbre pour tout » dont l’écorce est utilisée pour traiter toutes sortes de maux)

  • le principal consommateur de la plante (qui est aussi l’agent disséminateur par exozoochorie ou endozoochorie) : ex : cipó macaco* (« liane singe »), maracujá do rato (« maracujá du rat »), araçá do jaboti (« araçá de la tortue »), axuá do morcego (« axuá de chauve-souris »), erva de passarinho* (« herbe du petit oiseau »), castanha de arara* (« castanha du ara »)

  • le type d’insectes pouvant habiter le tronc : ex : pau de tocandeira* (« arbre de la fourmi tocandeira »), taxi (« fourmi taxi »)

  • le type de substrat ou d’écosystème de la plante : ex : itaúba da mata/do barro (« itaúba de la forêt mature/de l’argile [de sol argileux] »), embaúba da mata/embaúba da capoeira (« embaúba de la forêt ancienne/de forêt secondaire »)

  • une condition écologique particulière au développement de l’espèce : ex : seringa do amplo (« hévéa de clairière »)

  • le caractère sauvage ou domestique de la plante : ex : ata da mata/ata planta (« ata de la forêt mature/ata planté »), araçá do quintal/araçá da mata (« araçá du jardin/de la forêt mature »)

  • l’origine de la plante (espèce locale ou exotique) : seringa nativa (« hévéa natif »), seringa americana (« hévéa américain », aussi appelée seringa do Oriente (« hévéa de l’est »).

12Dans certains cas cependant, le principal critère d’identification n’apparaît pas dans le nom attribué au végétal. Le capitiú, par exemple, est connu par tous les informateurs interrogés comme ayant une odeur particulière de la feuille une fois celle-ci écrasée, ce caractère représentant le principal critère d’identification de cet arbuste. Cette caractéristique n’apparaît pourtant pas dans le nom final attribué à ce végétal et ce, pour aucun des villageois interrogés. À cela s’ajoute le fait que les informateurs distinguent deux types (qualidades) de capitiú (qui diffèrent par la taille de leurs feuilles et la couleur de l’écorce) auxquels ils n’attribuent pas de noms spécifiques, les deux étant simplement nommés par le terme de base. Les critères de reconnaissance et de distinction de ces deux plantes ne se reflètent donc pas dans le nom final attribué.

13La dénomination d’une plante est parfois « opportuniste » et varie en fonction des critères mis en avant par l’informateur au moment où il est interrogé. Ainsi le louro itaúba est synonyme de louro da casca grossa (« louro à écorce épaisse ») et de louro da folha graúda (« louro à grandes feuilles ») pour un premier informateur. Un autre met en avant tantôt la pubescence des feuilles (abiu felpudo, « abiu à feuilles pubescentes ») tantôt la couleur de l’écorce (abiu vermelho, « abiu rouge ») pour désigner un même morphotype. À l’échelle de plusieurs informateurs, l’exemple de la vassoureira illustre bien cette variation dans les critères d’identification et de dénomination : en effet, certains distinguent (et nomment) les types de vassoureiras en fonction de leurs distributions (vassoureira da mata/capoeoira, « vassoureira de la forêt primaire/secondaire ») tandis que d’autres se réfèrent à la taille (vassoureira baixa/alta, « vassoureira basse/haute ») ou à la couleur de l’écorce (vermelha/branca).

14De plus, même s’ils nomment certaines plantes de façon similaire, il se pose par la suite le problème de leur correspondance. En effet, là où trois informateurs utilisent deux noms synonymes pour désigner un même morphotype (ex : “labiu rouge est de la même qualité que l’abiurana, c’est le même arbre), pour quatre autres informateurs, ces deux mêmes noms concernent des morphotypes différents (“são qualidades diferentes” / « ce sont des qualités différentes »). Ceci s’applique également à des plantes de termes de base différents. Ainsi pour un des identificateurs, la murteira et la passarinheira sont des synonymes de la même plante tandis qu’un autre informateur distingue explicitement ces deux morphotypes.

  • 4 Une série est un groupe de plantes ayant le même terme de base ; exemples la série du pin avec le p (...)

15La variation des critères de distinction se reflète également dans le nombre de qualidades distinguées par chaque informateur dans une même série4. Un informateur affirme par exemple qu’il n’existe que deux types d’itaúba (itaúba preta et itaúba vermelha), tandis qu’un autre informateur en distingue quatre en faisant une distinction supplémentaire en fonction du type de sol. De nombreux cas similaires ont ainsi été relevés auprès des différents informateurs.

16Le rassemblement des morphotypes en familles est explicite et fait appel à des termes de parenté. De tels rapprochements se fondent sur des caractéristiques communes telles que l’appartenance à une même catégorie locale de végétaux (exemple 1), la présence de résine dans les arbres (exemple 2) ou la ressemblance des feuilles ou celles des fruits (exemple 3) :

“Le pataúa est frère du bacaba.” [7]

“Les jutaípeuá, jutaípororoca, jatobá doivent être de la même famille car ils produisent la même résine” [4]

“Le tenteiro amarelo et le tenteiro vermelho ont les mêmes fruits, ils sont de la même famille.” [3].

  • 5 Feuilles opposées, alternes, lancéolées et acuminées pour les trois morphotypes.
  • 6 Ces deux morphotypes n’ont pu être identifiés faute d’échantillons.

17Ces rapprochements se font également en fonction de critères utilitaires : c’est le cas par exemple de la série des caniceiros qui regroupe trois morphotypes dont les tiges flexibles des jeunes individus servent de cannes à pêche. L’exemple de cette série met en évidence la superposition de critères dans le rapprochement opéré entre les morphotypes. En effet, en plus du critère utilitaire clairement explicité dans le terme de base attribué à ces morphotypes (caniceiro signifiant « canne à pêche » en portugais), la ressemblance des feuilles est aussi mise en avant pour regrouper ces trois végétaux : “Le caniceiro blanc, le caniceiro rouge et le caniceiro noir sont de la même famille, les feuilles sont semblables.”[4]5. Ces rapprochements entre les plantes varient néanmoins selon les informateurs et leurs connaissances de la morphologie et de l’usage des végétaux. Par exemple, un seul villageois estime que la murteira et la vassoureira sont « de la même famille » ou que le catituzeiro appartient à la « famille du caniceiro ». Un autre informateur affirme que le molongó et le morototó sont « de la même famille » car leurs fleurs et leurs fruits sont semblables, bien que ces deux morphotypes ne soient pas associés chez d’autres personnes interrogées6.

18Ainsi, la variation des critères pris en compte tant dans la reconnaissance que dans la dénomination des plantes par les informateurs locaux (au niveau individuel et collectif) engendre une nomenclature locale riche, comportant une grande plasticité dans les correspondances entre les morphotypes, mais pouvant engendrer des confusions.

19Au total, 439 morphotypes (arbres, palmiers, lianes, herbes et plantes herbacées) ont été recensés, toutes origines confondues (cf. Annexe pour la liste complète des végétaux, avec leur correspondance dans la taxonomie scientifique). Près de 77 % des morphotypes (337) se rencontrent exclusivement en forêt de terre ferme (Figure 1).

Figure 1. Distribution des morphotypes – unités de reconnaissance des végétaux selon les villageois – dans les jardins, abattis et forêts

Figure 1. Distribution des morphotypes – unités de reconnaissance des végétaux selon les villageois – dans les jardins, abattis et forêts

20L’igapó désigne localement la forêt sur sol hydromorphe. Les « forêts de terre ferme » ne constituent pas une catégorie locale : nous regroupons sous ce terme l’ensemble des formations forestières perçues allant de la juquira à la mata virgem.

21Plus de la moitié des morphotypes (56 %) se retrouvent dans des séries regroupant entre 2 et 25 morphotypes. Au total, 257 termes de base ont été relevés (Tableau 1). Une première sélection a permis d’écarter les synonymes quand ces derniers étaient clairement explicités par les informateurs. En revanche, lorsque les noms attribués par les différents informateurs ne se recoupaient pas, les noms des morphotypes ont été cumulés avec le risque que certains d’entre eux soient des synonymes. Dans de rares cas, un morphotype appartenant à une série n’a pas de déterminant bien qu’étant distingué des autres morphotypes de cette série. Dans ce cas là, les villageois précisent généralement qu’il s’agit du « véritable » morphotype (ex : « é o facheiro/abiumesmo »). Seules les variétés de manioc doux connues et nommées par l’ensemble des villageois ont été retenues (4 sur les 12 recensées).

Tableau 1. Nombre de séries et nombre total de morphotypes recensés dans la nomenclature populaire (morphotypes cultivés et forestiers)

Tableau 1. Nombre de séries et nombre total de morphotypes recensés dans la nomenclature populaire (morphotypes cultivés et forestiers)

Catégorisation

Les plantes sauvages et les plantes cultivées

  • 7 L’adjectif bravo signifie littéralement farouche ou courageux.

22Le premier critère de catégorisation locale des espèces végétales porte sur la distinction entre espèces plantées (plantas) et espèces « sauvages » (da natureza, ou bravas7), ces dernières étant regroupées sous le terme général de mato :

“Cet arbre est sauvage, il appartient au mato” [2]

“Tout ce qui n’a pas été planté appartient au mato.” [8]

“Cela provient (est né) de la nature, c’est du mato.” [1]

“Le mato est de la nature, il se forme et grandit tout seul.” [9]

23Le qualificatif « sauvage » (bravo) n’est cependant pas réservé exclusivement aux végétaux non plantés mais de façon plus large à des espèces potentiellement toxiques pour l’homme. Parmi les espèces plantées, ce qualitatif est attribué à de nombreuses variétés de manioc dit mandioca brava – par opposition à la macaxeira (désignée sous le terme mandioca mansa ou manioc doux) dont les tubercules sont toxiques par la présence d’acide cyanhydrique mais néanmoins consommés une fois le jus (tucupi) extrait et la farine de manioc cuite.

24En forêt, le mato désigne plus généralement tout ce qui se situe dans le sous-bois et qui constitue la strate herbacée et arbustive de la forêt, que ce soit de jeunes recrûs, de jeunes palmiers, des fougères (samambaia), des broussailles (ronces, espinhos) ou des lianes enchevêtrées. En fait, comme le résume un agriculteur : “o mato é todo o que cresce no chão” (Le mato, c’est tout ce qui pousse au sol). Le mato est souvent qualifié de « laid » (feio) lorsqu’il est dense en forêt secondaire post agricole – capoeira – (densité traduite, dans le discours local, par la notion de fermeture), par opposition à un sous-bois dégagé (ouverture renvoyant à la notion de propreté, limpo) en mata (forêt mature). C’est d’ailleurs cette différence qui, entre autres, est retenue par les Ribeirinhos pour distinguer ces deux formations forestières. Le mato désigne également les végétaux qui ne sont pas connus, qui n’ont pas de nom, aussi bien en forêt que dans les abattis (“ça, je ne sais pas ce que c’est, c’est du mato [9]). À noter cependant que, passé un certain stade de croissance (non défini précisément mais correspondant plus ou moins à une hauteur de deux ou trois mètres), le statut de mato n’est plus attribué aux arbres ou aux palmiers. Ces derniers, considérés comme mato au tout début de leur stade de croissance du fait de leur appartenance à la strate arbustive du sous-bois forestier, seront catégorisés, dans un stade de croissance plus avancé, suivant la forme biologique à laquelle ils appartiennent (árvore/arbre, palmeira/palmier). Ainsi, pour reprendre les propos d’un informateur local : « le mato devient arbre » [2].

25Cette transition d’une catégorie à une autre d’une même espèce en fonction de sa morphologie n’est cependant pas aussi nette dans les abattis. Les espèces qui s’y sont développées sans avoir été plantées seront toujours considérées, même une fois adultes, comme des adventices puisqu’elles ont envahi (et continuent d’envahir) un espace domestiqué :

“Dans l’abattis, l’embaúba est mato mais l’embaúba qui est dans la forêt, qui est bien grand, n’appartient plus au mato.” [6]

26Cette continuité entre le mato et les arbres structurants de la forêt redevenue primaire (floresta reformada – forêt reformée – ou mata) apparaît clairement dans le discours des Ribeirinhos, le mato étant parfois synonyme de capoeira, c’est-à-dire une forêt en processus de régénération :

“Tout est mato jusqu’à ce que la capoeira redevienne une mata.” [15]

“La capoeira, c’est le mato qui va pousser après l’abattis.” [1]

27Bien que certaines espèces de mato soient spécifiques aux premiers stades de régénération forestière, la plupart de celles présentes dans les premiers stades de régénération forestière (juquira et capoeira fina) se retrouve dans les forêts secondaires post agricoles plus âgées (capoeiras grossas), seuls variant la taille ou le diamètre de ce mato :

“ La capoeira fina se régénère (récupère). L’obscurité tue la végétation rampante (la forêt rampante), c’est-à-dire les graminées, le mato, plusieurs espèces d’herbes qui s’utilisent en médecine, [et] qui vont disparaître dans la grosse capoeira. Mais le reste, le mato qu’il y a dans la jeune capoeira va se rencontrer dans la grosse capoeira, sauf qu’ici elles sont fines, ce sont des enfants encore. Dans la grosse capoeira, elles sont adultes, matures. La différence, c’est la grosseur.... ” [2]

28Les Ribeirinhos soulignent de plus une différence dans le type et la densité de mato présent suivant les types de sols, le mato étant plus abondant sur les terres sableuses que sur les terres argileuses. Ils expliquent cette hétérogénéité par une affinité de certains types de mato à un substrat (« Les lianes aiment beaucoup la terre sableuse »). Les notions de force ou de fragilité d’un sol se réfèrent également à la capacité de celui-ci à laisser se développer peu ou beaucoup de mato (ou de lianes) dans le sous-bois forestier.

29Il est apparu cependant une exception à l’attribution systématique du terme mato aux végétaux du sous-bois : il s’agit du palmier curuá (Attalea atteloides) qui, bien qu’appartenant à la strate arbustive durant tout son cycle, n’est jamais désigné en forêt sous le terme mato. Cette espèce est en effet gérée de façon collective par les villageois, notamment à travers la fréquence et la technique d’extraction des jeunes palmes qui sont les plus recherchées pour la construction des toitures des maisons, ce qui confère un statut particulier à ce végétal et le ramène dans la sphère de la domestication et non plus du sauvage. Cette espèce se détache à ce titre du reste du mato considéré sauvage sur tous les aspects, c’est-à-dire, outre le fait de ne pas être planté, de ne bénéficier d’aucun soin ou de gestion particulière de l’homme. D’autres espèces appartenant à la strate arbustive forestière peuvent être également traditionnellement valorisées, tout en gardant leur statut de mato si leurs prélèvements n’engendrent aucune gestion particulière à leur égard. Elles restent alors des espèces « sauvages » bien qu’utiles. C’est le cas par exemple des feuilles du lingua de vaca (« langue de vache ») ou du caxirica qui sont extraites occasionnellement afin de tapisser le fond du jamaxi ou du panacú (hottes traditionnelles) lors du transport des tubercules de manioc, ou encore, la jacitara poussant fréquemment dans l’abattis dont les fibres sont valorisées dans l’artisanat local pour la fabrication du tipiti (couleuvre à manioc).

30Le mato se retrouve en forêt mais également dans les abattis où il désigne alors les adventices. La dénomination de mato renvoie alors à la notion d’indésirable, d’intrusion du sauvage dans l’espace domestiqué. L’agriculteur s’applique en effet à ce que les espèces plantées crescem no limpo (« grandissent dans le propre »), en arrachant le mato tout autour. Celui-ci renvoie implicitement à la notion de saleté par opposition à la « propreté », l’ouverture instaurée par l’agriculteur dans son abattis suite aux diverses tâches de désherbage effectuées (que les agriculteurs eux-mêmes désignent sous le terme limpeza, « nettoyage »). Néanmoins, de jeunes individus poussant spontanément dans l’abattis peuvent être finalement conservés et valorisés (au sens large, et pas seulement d’un point de vue commercial) par l’agriculteur, délaissant ainsi leur statut de mato pour celui d’espèces domestiquées (plantas) et cultivées puisqu’elles reçoivent les mêmes soins de nettoyage et d’élagage que les autres espèces pérennes ou annuelles plantées. Il s’agit alors d’espèces valorisées soit :
– pour leurs fruits : elles sont alors qualifiées de mato de comer (mato comestible) telles que l’ingá ou le bacaba
pour leurs propriétés médicinales : ex : andiroba, piquiá, sucuúbeira, copaibarana,
– pour leur bois : ex : lacre, mogno,
– pour l’artisanat : ex : envira,
– pour l’ombre qu’elles procurent dans l’abattis, voire pour des raisons esthétiques.

“Un mato qui a reçu des soins est comme une plante... Le mato est devenu une plante.” [3]

“Le copaibarana appartient au mato de la forêt ici. On le laisse se développer tout seul et il devient mato avec le mato d’ici. Si on le cultive, il devient une plante. Quand j’ai cultivé cette sucuúbeira, ce n’était pas un mato. Elle est apparue (est née) rapidement après que l’abattis a été brûlé. Quand on a commencé à retirer les mauvaises herbes, on ne l’a pas arrachée, on l’a laissée pousser. On a seulement retiré le mato près d’elle. Maintenant, nous la considérons comme une plante, car elle a bénéficié de nos soins. Je vais nettoyer de temps en temps autour d’elle pour qu’elle grandisse plus rapidement. Cette sucuúbeira, nous l’utilisons seulement pour notre propre consommation.” [3]

31Ainsi, l’agriculteur trouve légitime de s’approprier les arbustes, arbres ou palmiers poussant spontanément dans son abattis à partir du moment où il apporte ses soins à ces derniers. L’analogie faite entre l’adoption d’un végétal et celui d’un enfant est courante dans les discours villageois, mettant en évidence une relation symbolique de parenté entre l’homme et la plante dorénavant domestiquée.

“Ce pau d’arco a germé tout seul dans mon abattis. Je l’ai laissé, je ne l’ai pas coupé. Maintenant, je m’en occupe, je nettoie autour de lui (je le laisse dans le propre). Si je m’occupe du fils du pau d’arco jusqu’à ce qu’il devienne un jeune garçon, il devient mon fils. Je ne l’ai pas planté, mais c’est le mien.” [4]

32Ce changement de catégorie du mato à celle de planta concerne également, dans de plus rares cas, des espèces forestières bénéficiant de soin de désherbage occasionnel de la part de l’agriculteur. Cela a été observé par exemple avec la bacabeira, l’ingazeiro, le jacarandá, le morototó, le parapara, ou la sucuúba.

Catégories englobantes de végétaux

33Les Ribeirinhos rattachent les végétaux à des « groupes » ou « ensembles » (également appelés « catégories englobantes » par Friedberg 1986) en fonction de leurs formes biologiques (árvores/paus/arbres, cipós/lianes, palmeiras/palmiers, capim/graminées), leurs morphologies ou stades de développement (palheira et capunga/palmier acaule ou plantule de palmier, taboca/bambou, paus de quina/arbres à tronc cannelé...), et de leur utilisation (paus de envira/arbre possédant une écorce interne fibreuse, madeira dura/bois dur, madeira fraca/faible). Certains morphotypes se rattachent à plusieurs « groupes ».

Capim / Les herbes

34Le capim désigne les graminées en général, qu’elles aient été plantées pour l’élévage (dans de très rares cas) ou qu’elles soient « sauvages ». Dans ce dernier cas, elles sont alors considérées comme des adventices, de mauvaises herbes, tout comme le mato. Le capim se distingue cependant de ce dernier sur plusieurs points, à savoir :

– la taille et la forme des feuilles :

“La feuille du capim est différente de celle du mato. Ce sont des longues feuilles fines. Il y a beaucoup d’espèces (de qualités) de capim, mais la feuille ne change pas, elle est toujours comme ça.” [2]

– son mode de croissance :

“Le capim est une chose, le mato en est une autre. Le mato pousse mais le capim reste à ras de terre (rampant), il grandit par le bas [au niveau du sol]…” [3]

– sa plus grande nocivité pour les espèces plantées :

“Le capim va tuer toutes les plantes. S’il y avait du capim ici, ce cupuzeiro serait déjà mort car la terre durcit sous le tronc et la plante n’a pas les moyens de se développer.” [3]

– sa plus grande résistance au désherbage :

“Il est plus difficile d’arracher [de travailler avec] le capim que le mato. Quand le capim est présent dans l’abattis, c’est pire que le mato. Quand il pleut, peu après que l’abattis a été travaillé [et] désherbé, le capim va réussir à repousser et le sol va en être rempli. Par contre, si tu arraches le mato, même s’il pleut, il meurt car il n’a pas la résistance du capim.” [2]

– ses caractéristiques écologiques et son besoin de lumière :

“Le capim est aussi différent du mato car ce dernier peut survivre à l’ombre mais pas le capim, ou pas longtemps alors : jusqu’à un an quand ce n’est pas encore fermé au dessus de lui.” [2]

35Les villageois distinguent de nombreux morphotypes de capim : barba de bode (« barbe de bouc »), pê de galinha (« pied de poule »), pacuã, pinda, capim amarga (« herbe amère »)... De nombreuses autres espèces ne sont pas nommées et sont simplement désignées sous le terme général de capim.

Espinho et árvores de espinhos / Épineux et arbres d’épineux

36La catégorie des espinhos regroupe tous les végétaux qui piquent (« O espinho fura a gente »/« L’épineux nous pique »). Elle recoupe celles des arbres, des lianes et des palmiers et forme en fait une sous-catégorie de ces dernières plus qu’une catégorie en soi. Les villageois distinguent en effet les « lianes épineuses » (cipós de espinho), les « arbres épineux » (árvores de espinho), et également les « palmiers épineux » (« o mumbacá é espinho tipo palmeira  »/« Le mumbacá est [un] épineux du type palmier » [2]) :

“Il y a la liane épineuse et il y a l’arbre épineux. C’est une autre famille. Il y a le japecanga et le mimorama qui sont des espèces épineuses. Il y a le jurubeba et la tamanqueira aussi qui sont des arbres épineux qui poussent haut. La samaumeira possède des épines aussi mais seulement quand elle est jeune, jusqu’à cinq ou six ans. Quand elle devient adulte, les épines tombent (sortent)...” [2]

37Les Ribeirinhos reconnaissent de nombreux espinhos même s’ils ne les nomment pas tous :

“Il y a beaucoup de races d’épineux dans la forêt, que ce soit des lianes ou des arbres d’épineux... Il y en a de nombreuses autres qui ont des épines [et] qu’on ne connaît même pas.” [2]

38De plus, les espèces considérées espinho recoupent également la catégorie du mato car ce sont des espèces considérées envahissantes voire nuisibles.

Palmeiras, palhas et capungas / Palmiers

39Parmi les palmiers (au sens botanique), les Ribeirinhos distinguent les palmeiras des palheiras (ou palhas) en fonction de l’existence ou non de stipe, ou de la hauteur de celui-ci. Ainsi, un palmier n’ayant pas de stipe tel que la curuá n’est jamais considéré comme palmeira mais comme palheira. De même, les espèces ayant un stipe de faible hauteur (lorsque les individus sont encore jeunes) sont catégorisés palheiras. En revanche, une fois que le stipe aura atteint environ un mètre, les végétaux seront considérés comme des palmiers à part entière (palmeiras). Avant de devenir palheira, la plante passe par le stade capunga. Le terme capunga est attribué aux feuilles entières des plantules (« Les premières feuilles naissent capunga ») puis, par extension, à la plantule elle-même. Lorsque les folioles commencent à s’ouvrir, les palmes sont alors nommées palhas pretas (« palmes noires ») et la plante devient palheira. Ainsi, les termes capunga, palheira, puis palmeira (dans le cas des espèces formant un stipe) sont utilisés pour nommer une même plante à des stades de croissance différents (Photographies 2 à 4). Les plantes différemment nommées sont de ce fait considérées comme étant de la même qualidade (espèce) ou de la même « famille ».

“La palha de curuá tarde un peu à pousser : elle pousse d’abord comme capunga les deux, trois premières années. Ce n’est qu’après qu’elle se développe comme palha. La capunga est de la même famille, de la même espèce que la palha.” [3]

“La curuá naît capunga. Elle reste capunga quand elle est jeune. Quand elle grandit, les feuilles se séparent [ndl : feuille composée] et elle devient palheira. Il y a aussi la capunga de l’inajá, qui est comme celle de la pupunheira mais ces deux espèces sont des palmeiras [ndl : elles vont former un stipe] alors que la curuá est une palheira [ndl : absence de stipe même au stade adulte]. Quand la curuá meurt, elle meurt palheira. Le tucumã, l’inajá, la pupunha non : ils naissent capungas et meurent palmeiras.” [13]

Photographie 2. Capunga de curuá (Attalea attaleoides)

Photographie 2. Capunga de curuá (Attalea attaleoides)

En arrière plan (plantule avec les feuilles entières) et juvénile en premier plan, avec les feuilles composées (déjà palheira)

C. Couly

Photographie 3. Palmier adulte acaule : palheira d’Attalea attaleoides

Photographie 3. Palmier adulte acaule : palheira d’Attalea attaleoides

C. Couly

Photographie 4. Palmiers avec stipe : palmeira

Photographie 4. Palmiers avec stipe : palmeira

C. Couly

40La distinction entre les arbres (árvores ou paus) et les palmeiras ne s’exprime pas nettement dans le discours des Ribeirinhos. Il est en effet fréquent que les palmiers soient explicitement nommés et catégorisés comme étant des arbres (ex : Le tucumã est un arbre, un palmier, c’est pareil...” [6],les arbres comme l’açaí, le bacaba...” [2]). La catégorie des arbres inclut donc plus largement l’ensemble des végétaux ayant des axes non ramifiés. Les termes toco et caule sont d’ailleurs utilisés localement pour désigner de façon générale des axes non ramifiés que ce soit les troncs d’arbres ou les stipes des palmiers. Seul le terme tronco est employé pour désigner le tronc lignifié des arbres.

41En revanche, il n’a jamais été relevé une association entre palheira et árvore ce qui confirme le fait que le chevauchement des catégories palmeiras et arbres tient à l’existence d’un axe non ramifié.

“Quand il est mature, le tucumã est un arbre. Au début, c’est une sorte de palha. Ensuite, il va grandir. Ces branches [en fait, la base des palmes] vont s’unir pour former son stipe.” [6]

42La classification d’une plante peut aller plus loin en faisant intervenir une troisième catégorie. Cela s’est observé notamment dans le cas d’un palmier épineux, dénommé localement mumbaca, lorsqu’un villageois l’a désigné spontanément en affirmant : « c’est un épineux, c’est une sorte de bois ». La catégorie de palmeira n’a donc pas été explicitée, soit parce qu’elle était sous-entendue, soit parce que cette plante a été catégorisée en premier lieu par rapport à la présence caractéristique d’épines, et ensuite, par la présence d’un axe non ramifié la rattachant à la catégorie générale d’arbre.

  • 8 Un villageois interrogé a néanmoins clairement associé le stipe de la palmeira à un type de bois qu (...)

43Malgré cette forte association des palmeiras aux arbres, les Ribeirinhos les distinguent néanmoins de ces derniers selon d’autres critères tels que la présence de palmes et non de feuilles (“Le jauarizeiro est un arbre qui a des palmes...”[2]), l’absence de bois8 (“Il n’y a pas de bois dans la piririma, c’est un palmier”[3]) et d’écorce interne fibreuse (“Les palmiers n’ont pas d’écorce interne fibreuse. Ils ne forment pas de rejet du stipe si on les coupe.”[2]) ou, au contraire, la présence d’une moëlle (“La différence entre un palmier et un arbre, c’est que le palmier possède un cœur de palmier à l’intérieur.”[6]). Le regroupement des palmiers dans une catégorie distincte de celle des arbres se traduit ici encore par l’appartenance à une même famille : “La mumbaca, le tucumã, le bacaba, le cocotier appartiennent à la famille du palmier” [5], “La piririma est un type de palha ; elle est de la même famille que la curuá” [2].

44Outre les espèces précédemment citées (tucumã, muúbaca, inajá, jauarizeiro, bacabazeiro, côcozeiro..), on retrouve également dans cette catégorie le palmier pupunheira, açaí, patauá, burutizeiro, jará

Taboca / Bambou

45Le terme taboca désigne à la fois un arbre (taboca da mata, aussi appelé tabocão par certains informateurs) et un bambou (taboca ou taboca fina) qui, lui, est généralement planté.

46Ces deux morphotypes, bien que désignés par le même nom, sont néanmoins associés à des catégories différentes, le taboca fina étant clairement distingué du groupe des arbres et rattaché à la catégorie même de bambou (“La taboca plante n’est pas du bois, c’est un bambou”). Cette catégorie est elle-même une sous-catégorie des palmiers du fait de son absence de bois, mais se distingue de ces derniers par son chaume fistuleux cloisonné en nœuds :

“La taboca est une sorte de palmier sauf qu’à l’intérieur il est creux, c’est un type de bambou. Il pousse dans les endroits laids. Il est très coupant.”[13]

47Un autre informateur a cependant inclus la taboca dans la catégorie des herbes (capim), et rejoint en cela la classification botanique (le bambou étant une monocotylédone). Ceci laisse de plus entrevoir une hétérogénéité dans la manière qu’ont les villageois de classer et d’organiser les végétaux.

Cipós / Lianes

48Les Ribeirinhos reconnaissent et nomment de nombreuses espèces de lianes. Certaines sont connues pour leurs usages médicinaux et/ou artisanaux, ou sont recherchées pour l’eau potable qu’elles renferment. Toutes les lianes ne sont cependant pas nommées : certaines sont simplement désignées sous le terme cipó et ce, quand bien même l’informateur lui attribue un usage particulier (“Il y a beaucoup de races, de familles de lianes dont ne connaît pas le nom...” [13]).

49Le premier critère de distinction des lianes par rapport aux autres catégories de végétaux – et notamment entre les lianes ligneuses et les arbres – repose sur le fait qu’elles s’accroissent en s’enroulant. Elles s’opposent en cela aux arbres qui poussent « droits ». Cette caractéristique de croissance souligne d’autant plus l’appartenance des lianes au domaine du sauvage.

“Il y a une différence entre les plantules des arbres (petits arbres) et les plantules de lianes (petites lianes) : le jeune arbre, même tendre [c’est-à-dire flexible lorsqu’il n’est pas encore lignifié], meurt s’il casse. Alors que la liane molle [non ligneuse] ne peut pas casser, car elle s’enroule... ” [6]

Celle-ci est la liane-du-mato [liane lignifiée], c’est son type, sa race. Elle doit s’enrouler car elle est déjà née comme cela. Elle va pousser et mûrir. Elle ressemble à un arbre mais c’est une liane. Ce n’est pas un arbre bien droit : elle fait des déviations car elle est née pour être ainsi. Elle est de la nature.” [10]

50Les Ribeirinhos distinguent les lianes ligneuses (« lianes qui grossissent, qui donnent du bois ») des non ligneuses, désignées comme étant « molles »). Ils distinguent parallèlement deux types de lianes en fonction de leur mode de croissance : les lianes grimpantes qui germent au sol puis grimpent en hauteur (cipós trepadeiras, définies localement comme étant « les lianes qui vont de bas en haut »), et celles qui germent en hauteur sur les branches des arbres et lancent leurs racines au sol (c’est-à-dire, selon les termes écologiques, celles ayant une croissance hémi-épiphyte : exemple de l’erva de passarinho « herbe du petit oiseau »- ou de l’apuí). Les lianes appartenant à ce deuxième groupe ne sont pas désignées par un terme particulier caractérisant leur croissance, ce sont simplement des cipós. Les racines qui descendent et s’ancrent au sol sont considérées comme étant les « fils de la liane-mère » située au niveau de la canopée, où elle déploie ses feuilles, fleurit et fructifie (“C’est la liane qui retient la mère tout là haut, [celle] qui donne les feuilles et les fruits, comme la liane taracuá.” [15]). Les Ribeirinhos énumèrent de nombreuses lianes grimpantes (trepadeiras) : peroba, maracujá, rabo de cameléão, cipó tinga, cipó açul, cipó titica, cipó escada de jaboti, etc…

51Parallèlement, ils distinguent les lianes en fonction de leurs stratégies de survie : les « lianes qui tuent leur hôte » et celles considérées inoffensives qui constituent la grande majorité des lianes grimpantes (trepadeiras). Ces dernières correspondent, au point de vue écologique, aux épiphytes. Entre ces deux catégories, les Ribeirinhos distinguent aussi les lianes « parasites », qui ne tuent pas leurs hôtes mais vivent à leurs dépends :

“Le parasite ne tue pas l’arbre. Il tire (utilise) seulement [son] alimentation [la sève] de l’arbre pour être beau. Il se maintient à l’écorce car c’est de l’engrais pour lui.” [15].

  • 9 Le commensalisme se différencie néanmoins du parasitisme au sens strict de par le caractère non des (...)

52Cette distinction populaire entre « lianes tueuses » et « lianes parasites » rejoint celle faite en écologie entre les parasitoïdes (parasites qui, au cours de leur développement, tuent systématiquement leurs hôtes) et les commensaux (« parasites » qui se nourrissent de matières organiques produites par l’hôte sans dommage pour ce dernier)9.

53Dans la première catégorie, on trouve donc l’apuí ou apuízeiro, figuier étrangleur (Photographie 5), mais également l’erva de passarinho. Les discours recueillis auprès des Ribeirinhos sur la stratégie de vie de ces plantes sont riches et détaillés, notamment pour l’apuí. Quel que soit l’informateur, ces propos décrivent toujours la compétition entre la liane et son arbre hôte comme une lutte entraînant la mort de ce dernier. Celle-ci résulte d’un transfert de la force de l’arbre hôte vers l’apuí (« l’apuí puise la force de l’arbre »), et d’un affaiblissement progressif de l’arbre (« l’apuí tire la résistance de l’arbre »). Cette liane prend alors la place de celui-ci (« prend possession de l’arbre »), incorporant son bois (« prend possession du bois de cœur de l’arbre ») jusqu’à devenir lui-même arbre : il quitte alors son statut de liane pour celui d’arbre à part entière (« la liane devient arbre »). Parallèlement, il tire sa force du sol et des racines de son hôte (« tire la résistance de la terre »). En prenant possession du bois de cœur de l’arbre hôte, l’apuí prend la place de l’hôte non seulement physiquement mais également symboliquement en lui prenant sa force et en incorporant son identité d’arbre. Certains informateurs catégorisent cependant l’apuí déjà comme arbre dès sa germination puisque la majeure partie de son cycle de vie se déroule dans la canopée et que seules ses racines descendent jusqu’au sol (« L’apuízeiro est un arbre, il se développe au dessus.  » [2]). Des comportements moraux et humains servent également à décrire le comportement des plantes : un villageois a ainsi qualifié l’apuí de « lâche » car il tue ses hôtes pour survivre, le jugeant comme s’il s’agissait d’une personne.

Photographie 5. Liane apuí (Ficus sp.) s’enroulant autour d’un arbre

Photographie 5. Liane apuí (Ficus sp.) s’enroulant autour d’un arbre

C. Couly

54Parallèlement à sa classification de liane tueuse (« qui tue l’arbre ») et à sa distinction des lianes dites parasites, l’apuí est également considéré comme étant opportuniste (cipó aproveitadora) du fait qu’il tire parti des faiblesses de certains arbres pour s’y développer. Cela concerne notamment les arbres creux, plus faciles à dominer :

“L’apuí est une liane opportuniste. Il s’en prend (profite) aux arbres décomposés ou creux afin de les dominer. Il entre à l’intérieur [et] profite du bois qui se décompose. Il recouvre l’arbre entièrement, [et] devient alors de la grosseur de celui-ci. Il ne monte pas dans les arbres qui ne sont pas creux. L’apuí aime se développer (se donner) sur la cuiarana, sur l’atarizeiro, sur l’itaúbarana. Par contre, il est difficile de trouver l’apuí sur le piquiázeiro, le cumaruzeiro, l’andiroba, le taperebazeiro parce qu’ils [ces arbres] ne sont que rarement creux...” [15]

“Il y a des arbres creux vivants tels que la maracatiara. Ce dernier reste vivant en hauteur [au niveau du houppier]. C’est cette hauteur que l’apuí aime. Il voit qu’il ne meurt pas, entre en lui puis le tue. Si on peut apercevoir une feuille d’apuí, cela veut dire que l’arbre est creux. Cela ne vaut pas le coup alors de l’abattre. L’apuí n’aime pas le taperazeiro car son bois est tendre (mou), cet arbre est rarement creux. Mais s’il y a une maracatiara à côté, remplie de fissures (trous), il préfère.” [13]

55Dans leurs discours, les villageois attribuent une intentionnalité à l’apuí tant dans la sélection de son hôte (« choix » du plus vulnérable) que dans sa stratégie de survie (« tuer l’arbre pour prendre sa place »). La stratégie de l’erva de passarinho est similaire à celle de l’apuí, selon les Ribeirinhos, car elle tue également son hôte pour survivre. Cependant, à la différence de l’apuí, elle ne se lignifie pas et « ne prend pas possession » de l’arbre mort. De ce fait, elle ne change pas de catégorie et reste toujours cipó (liane).

“L’herbe du petit oiseau est une liane qui tue aussi : elle tire la force de l’arbre et tue en tirant l’eau présente dans l’arbre.” [7]

“L’herbe du petit oiseau s’appelle ainsi car l’oiseau mange le fruit de petite taille de cette herbe et dépose ses excréments sur un autre arbre, où la graine va germer. Quand elle devient grande, elle tue l’arbre car elle est plus forte. Elle s’enroule autour [de l’arbre], et le tue (prend sa vie) : l’arbre sèche et arrête de fructifier. Elle tue car elle ne sait pas où déployer ses feuilles, car la force de l’arbre vient de la racine et des feuilles. La feuille de l’arbre est la vie de l’arbre.” [15]

56L’apuí est l’exemple même de ce que Friedberg (1990) appelle une « plante-pont », c’est-à-dire une plante (au sens large de végétal et non dans son sens local) appartenant à deux ensembles (ou catégories) à la fois. Dans le cas de cette espèce, cette appartenance à l’une ou l’autre des catégories de forme de vie est séparée dans le temps : liane dans un premier temps, puis arbre par la suite.

57D’autres morphotypes sont également rattachés à deux catégories de végétaux :

– les lianes escada de jaboti (« échelle de la tortue charbonnière »), dont le chevauchement des catégories arbres et lianes est permanent (“C’est un arbre, une liane, c’est-à-dire que c’est la race de l’arbre [et] du type liane car elle pousse en montant” [10]),

– l’unha de gato (la liane « griffe de chat ») qui est considéré dans les premiers stades de sa vie comme une liane, puis comme un arbre une fois adulte et lignifié (“c’est un arbre, c’est du bois”).

58Les propos recueillis auprès d’un autre informateur rendent cependant ambigu le statut de ce végétal puisque cet informateur semble indiquer un changement opposé de catégories, de celle des arbres à celle des lianes :

“L’unha de gato naît au sol, c’est un arbre. Ensuite, elle va pousser et va devenir une liane. Elle va s’enrouler et va rester au dessus [en haut] des arbres.” [7]

59Ces propos mettent en évidence le fait que les critères d’appartenance à la catégorie des lianes varient suivant les informateurs. Dans cet exemple, le critère principal est la niche écologique du végétal et son accès à la canopée une fois adulte. La liane rabo de cameleão (« queue d’iguane ») se rattache quant à elle explicitement aux catégories des arbres, des lianes et des espinhos du fait de la présence d’épines (“La liane rabo de cameleão est un arbre, une grosse liane” [10], “Ceci est un épineux, du type queue d’iguane” [9]). Elle constitue de ce fait une « plante-nœud » au sens de Friedberg (1990), c’est-à-dire se rattachant à au moins trois ensembles.

60De façon plus générale, il peut y avoir un recoupement entre la catégorie de mato et celles des lianes, des espinhos ou même des herbes (capim). En effet, les espèces appartenant à ces trois dernières catégories (dont l’une peut être considérée comme une sous-catégorie des deux précédentes, comme nous l’avons vu) sont souvent associées à des espèces envahissantes, et sont de ce fait rattachées au mato. Hormis des changements de catégories pouvant être opérés pour certaines plantes, il a également été relevé, dans le discours d’un villageois, le cas d’une transformation d’un végétal en un autre végétal (mudança de qualidade), au sein d’une même catégorie de plantes. C’est le cas particulier de la liane taracuá qui se transformerait en liane ambé au cours de sa vie (toutes deux des Philodendrons).

“La taracuá devient ambé. Elle naît d’abord taracuá et devient ensuite liane ambé. La liane taracuá va pousser en s’accrochant à l’arbre. Ensuite, elle jette (envoie) la racine au sol. Elle provient de la même graine sauf qu’elle change d’espèce (qualité).” [14]

61Un autre cas similaire a été relevé concernant cette fois-ci l’origine végétale d’un insecte. Selon un vieux villageois, les ailes de la mante religieuse louva-a-deus proviennent des feuilles de la liane escada de jaboti (Photographie 6), leur forme et leur couleur étant similaires à ces dernières. L’insecte serait lui-même engendré par la transformation d’une jeune liane, bien que le doute sur son origine soit clairement explicité :

“Les ailes de la mante religieuse proviennent de la liane. Ce sont les feuilles de la liane. Je connais seulement celle-ci [de sauterelle] qui provient d’une liane comme ceci, je n’ai jamais vu cela avec un autre [insecte]. Par contre, je ne sais pas si elle-même [la mante religieuse provient de la liane. Ça doit être le cas... Elle doit naître (jaillir) de celle-ci [de la liane].”[7]

Photographie 6. Lianes cipó escada de jaboti (Bauhinia sp.)

Photographie 6. Lianes cipó escada de jaboti (Bauhinia sp.)

C. Couly

Paus – Árvores

62La catégorie des arbres (paus ou árvores) est elle-même englobante puisque différentes catégories d’arbres sont distinguées localement et peuvent se recouper entre elles (par exemple : un morphotype rattaché à la catégorie « pau de envira » peut être aussi considéré comme « madeira mole »).

Paus com envira / Arbres possédant une écorce interne fibreuse

63La catégorie des paus com envira regroupe l’ensemble des espèces possédant une écorce interne fibreuse (envira) située entre l’écorce et le bois, traditionnellement utilisée par les villageois en guise de corde d’appoint en forêt (pour attacher et transporter un gibier abattu par exemple) ou pour transporter les sacs de manioc ou confectionner des paniers (Photographie 7). Le terme envira désigne l’écorce interne fibreuse en soi mais également deux morphotypes de ce groupe (envira branca, envira preta). La qualité de l’écorce interne fibreuse varie suivant les espèces, celle de l’envira preta par exemple est peu appréciée du fait de l’absence de rugosité qui la rend peu résistante (d’où le synonyme d’envira lisa/écorce fibreuse lisse attribué à ce morphotype). Les Ribeirinhos distinguent deux écorces internes fibreuses assurant chacune une protection de l’arbre mais seule l’envira, l’écorce fibreuse la plus externe, est potentiellement utile, à l’inverse de la seda qui est bien plus fine :

“Il y a plusieurs couches : l’écorce du bois, l’envira, la seda (soie) qui entoure et protège le bois (c’est une envira plus faible qui craque (éclate) plus facilement)... En dessous, il y a l’aubier (la chair du bois). Si on tire la seda de l’arbre, celui-ci meurt. Par contre, si on retire seulement l’envira, il n’y a pas de problème si ce n’est pas sur tout l’arbre [toute la circonférence de l’arbre]. Un arbre qui n’a pas d’envira n’a pas [non plus] de seda qui protège son bois mais une espèce d’écorce de bois lisse [à la place].” [2]

Photographie 7. Transport des tubercules de manioc par une villageoise (une écorce fibreuse d’Envira branca sert de courroie de portage)

Photographie 7. Transport des tubercules de manioc par une villageoise (une écorce fibreuse d’Envira branca sert de courroie de portage)

C. Couly

64Cette catégorie regroupe le morão, l’aquiquizeiro, le facheiro, l’envira branca, l’envira preta, la piririqueira, le tauari.

Madeira mole e madeira dura / Bois tendre et bois dur

65Les Ribeirinhos catégorisent parallèlement les arbres en fonction de caractéristiques du bois telles que la présence ou non d’un duramen ou la dureté du bois. Cette classification se fonde sur la distinction de plusieurs « strates » de l’arbre : casca (l’écorce), sub-casca (partie sous l’écorce), carne da madeira (« la chair du bois », correspondant à l’aubier), et le cerne (le bois de cœur ou duramen). Le terme miolo désigne généralement le duramen de l’arbre mais parfois également l’aubier (il est alors synonyme de carne de madeira, « la chair du bois »). Les Ribeirinhos reconnaissent en effet le rôle du miolo dans la circulation de la sève (« C’est le miolo qui prend la substance de la terre pour faire vivre l’arbre »). Or, celle-ci ne circule que dans l’aubier, et non dans le bois de cœur.

66Les arbres dont le bois de cœur n’est que peu développé et qui sont donc constitués principalement d’aubier (les Ribeirinhos ont alors coutume de dire, sans doute par simplification, que ces arbres « n’ont pas de bois de cœur ») sont considérés comme madeira fraca (« bois faible »), madeira leve (« bois léger ») ou madeira mole (« bois tendre »). L’aubier étant en général plus clair que le duramen, l’appellation de madeira branca (« bois blanc ») est également employée pour désigner les espèces avec peu de bois de cœur, et dont l’utilisation est limitée aux constructions temporaires (d’un an en moyenne).

“Les arbres que l’on appelle bois blancs sont ceux qui n’ont pas de bois de cœur. C’est seulement quand ils grossissent qu’ils commencent à former le cœur.”[2]

“Il est rare que le bois blanc ait un bois de cœur mais la tapiririca, l’abiurana, la pororoqueira, le capitiú, le morão sont des bois blancs et ont un bois de coeur.”[2]

67Les arbres possédant un duramen développé sont dénommés et catégorisés madeiras duras (bois dur) ou madeiras seguras (bois résistants). Ils correspondent en partie aux arbres considérés madeiras de lei ce dernier terme étant employé par les Ribeirinhos dans un sens large pour désigner les arbres de grande valeur pour leur bois, servant à la fabrication de meubles ou des pièces maîtresses d’une charpente (telles que les piliers de soutien ou esteios), voire même de pirogue. Ce terme de madeiras de lei désigne donc, en français le « bois d’œuvre ». La valeur économique marchande de certaines de ces espèces est connue par la population locale mais, la vente de bois étant formellement interdite au sein de la forêt nationale, l’appellation locale de madeira de lei renvoie avant tout aux espèces recherchées par les villageois pour la réalisation des travaux de construction. Les villageois savent que certaines des espèces dites madeira de lei sont également protégées au niveau législatif, et donc interdites à l’abattage. Ainsi, par extension, ce terme regroupe, dans son sens local, l’ensemble des espèces traditionnellement exclues de l’abattage.

“Ce que nous appelons ici madeira de lei, c’est le bois que l’on ne peut pas abattre. Ce ne sont pas tous les arbres qui sont madeira de lei. Ici, pour nous, madeira de lei, c’est le cumaru, les palmiers...” [7]

68Il y a cependant des exceptions à cette séparation faite entre madeira dura/segura (bois dur/résistant) et madeira fraca/mole (bois faible/tendre). Certaines madeiras brancas sont en effet reconnues comme ayant un bois tout aussi résistant que celui des madeiras duras et sont par conséquent valorisées dans la construction des pièces de charpente de longue durée de vie. Elles sont donc madeiras brancas (absence de duramen développé) tout en étant considérées madeiras duras/seguras (bois résistant). Cette bonne qualité de bois est due, selon les villageois, à la présence d’« huile » (une oléo-résine) ayant des propriétés insectifuges qui empêchent la dégradation du bois après sa coupe.

“Tous les arbres qui ont un bois de cœur sont durs. [Mais] plusieurs arbres sans bois de cœur sont [aussi] très durs, [même si] ce sont des bois blancs : fava amarga, itaúba, maçaranduba, maparajuba. Tous les bois blancs ne sont donc pas faibles.”[4]

“L’andiroba n’a pas de bois de cœur mais c’est son huile qui rend le bois résistant, qui empêche les insectes « perceurs » de manger le bois. L’andiroba résiste un bon temps une fois coupé car il ne pourrit pas grâce à l’odeur de l’huile du bois qui ne laisse pas passer les insectes. C’est pour cela que l’on peut l’utiliser longtemps dans la maison. La copaíba possède également une huile qui la rend résistante. Le paraparazeiro est différent (autre), il n’a pas d’huile, c’est un bois faible, il n’a pas de bois de cœur” [2]

69À l’inverse, certaines espèces ayant pourtant un duramen développé ne sont pas valorisées dans les travaux de construction du fait de la rapide altération du bois causée par des facteurs biotiques externes (termites) ou par une faible résistance à l’humidité ambiante :

“Il y a des arbres qui ont un bois de cœur, mais qui sont tendres car ils se décomposent rapidement une fois abattus, surtout l’hiver [saison des pluies] lorsque c’est humide, comme le taxizeiro.”[2]

“La tapiririqueira lorsqu’elle atteint vingt ans va développer un duramen mais elle ne sera jamais un bois de valeur (madeira de lei) car [son] duramen est faible.”[2].

Espécies nativas / Espèces natives

70Les Ribeirinhos distinguent les espèces dites « natives » (espécies nativas) des espèces « non natives ». Les premières correspondent aux espèces indigènes (« qui sont dans la forêt depuis le temps des Amérindiens ») et sont caractérisées par l’absence de l’intervention de l’Homme dans leur reproduction (« Les espèces natives n’ont pas été greffées, elles germent (naissent) de la graine »). À l’inverse, les espèces « non natives » sont celles qui ont été introduites et qui doivent être greffées sur d’autres individus pour croître et se développer, telles que la seringa do oriente (hévéa oriental, également appelé seringa americana), traditionnellement greffée sur l’hévéa « natif » (Photographie 8), ou les citronniers. Plus généralement, l’ensemble des espèces plantées mais non greffées sont considérées comme des espèces « natives » par les Ribeirinhos puisqu’elles proviennent de la germination des graines, et ce, même si certaines d’entre elles ne sont pas originaires d’Amazonie (exemple de l’oranger ou du papayer…). Le fait qu’une espèce soit considérée comme originaire ou exotique dépend de l’échelle de temps prise en compte : si l’espèce a été introduite il y a plusieurs générations, elle est considérée comme étant une espèce indigène et donc « native ». Les espèces dites « natives » sont également qualifiées de « définitives », de « fortes » et de « résistantes », à l’inverse des espèces « non natives » considérées « faibles ». Ces notions de force et de faiblesse des plantes font référence à leur capacité de résistance à la sécheresse, et par conséquent, à leur durée de vie :

“L’arbre natif ne meurt pas, il résiste beaucoup jusqu’aux petits-fils et arrière-petits-fils...” [7]

“Les espèces natives sont des espèces définitives, elles vivent (durent) de nombreuses années.”[5]

“Les arbres itaúba, breu, cajueiro sont natifs. On dit que l’hévéa est natif car ses fruits tombent et [les graines] naissent. Mais il y a aussi [des arbres] qui ont été plantés que l’on appelle natifs car ils n’ont pas été greffés. Les plantes natives sont plus fortes, elles résistent. Celles qui ont été greffées meurent rapidement. Il y a des hévéas greffés et d’autres natifs aussi.” [9]

Photographie 8. Agroforêt d’hévéas près du village d’Acaratinga (Forêt nationale du Tapajós)

Photographie 8. Agroforêt d’hévéas près du village d’Acaratinga (Forêt nationale du Tapajós)

C. Couly

Paus de quina / Arbres à tronc cannelé

71Cette catégorie regroupe tous les arbres ayant des troncs cannelés, qualifiés localement de quinas (« Cet arbre à feuilles larges est quina.  »). Cette catégorie se forme donc clairement sur des critères morphologiques et constitue une sous catégorie des paus ou árvores (arbres).

72Plusieurs espèces sont ainsi considérées quina : la caneleira (ou canela de velho), le jarana, le carapaunabeira et l’acariquara (Photographie 9) qui est sans doute le plus caractéristique. Il est intéressant de noter que même les jeunes individus de ces espèces, n’ayant pourtant pas encore formé leur tronc cannelé, sont tout de même désignés comme étant quina.

Photographie 9. Un pau de quina : l’acariquara Minquartia guianensis

Photographie 9. Un pau de quina : l’acariquara Minquartia guianensis

C. Couly

73Le nom même pau de quina, correspondant au nom de la catégorie, est parfois attribué en guise de nom provisoire à un quelconque individu ayant un tronc cannelé quand son nom « véritable » n’est pas connu ou du moins oublié.

Nomenclature locale et nomenclature scientifique

  • 10 Cette analyse de recoupement entre la taxonomie scientifique et la parataxonomie a été volontaireme (...)
  • 11 Nous englobons ici deux cas de figure : 1) les morphotypes dont le nom de l’espèce botanique a été (...)

74Parmi les 337 morphotypes relevés en forêt de terre ferme10 (Figure 1), 206 ont été identifiés11 (soit 61 %) et correspondent à 214 espèces botaniques distinctes (Figure 2 et Annexe). La majorité des morphotypes identifiés fait référence à une seule espèce botanique (158 sur 206 soit 77 %) mais seule la moitié (110) a une correspondance réciproque exclusive avec cette espèce (catégorie « unique & exclusive », Figure 3).

75Près d’un quart des morphotypes identifiés partagent l’espèce botanique à laquelle ils sont associés avec au moins un autre morphotype (« fragmentation »). Les morphotypes uniquement agroupés (cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques) sont moins nombreux, de même que les morphotypes à la fois « agroupés » et « fragmentés » (cas de figure où un morphotype est associé à plusieurs espèces botaniques dont au moins une est désignée en parallèle par un autre nom populaire, Figure 3).

Figure 2. Identification des morphotypes rencontrés en forêt de terre ferme dans la nomenclature scientifique

Figure 2. Identification des morphotypes rencontrés en forêt de terre ferme dans la nomenclature scientifique

Figure 3. Quantification des variations de correspondance entre la nomenclature populaire et la nomenclature scientifique (n = 206 morphotypes forestiers)

Figure 3. Quantification des variations de correspondance entre la nomenclature populaire et la nomenclature scientifique (n = 206 morphotypes forestiers)

Fragmentation : cas où le morphotype partage l’espèce botanique à laquelle il est associé avec au moins un autre morphotype. Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques (sans que celles si correspondent parallèlement à d’autres morphotypes). Agroupement et fragmentation : cas où un morphotype est associé à plusieurs espèces botaniques dont au moins une est désignée en parallèle par un autre nom populaire

76Le pourcentage de morphotypes faisant référence à une seule espèce botanique (mais pas forcément de façon réciproque) est dans cette étude bien plus élevé que celui avancé par Wilkie & Saridan (1999) dans leurs travaux sur la comparaison des deux taxonomies au Centre de Kalimantan, en Indonésie (entre 12 et 22 % des morphotypes ligneux sont associés à une seule espèce botanique selon les informateurs considérés). Il est aussi bien supérieur aux résultats obtenus par Baraloto et al. (2007), dans un inventaire effectué dans l’Acre (50 % des morphotypes ligneux sont associés à une seule espèce botanique) ou lors de la mise en commun de plusieurs inventaires menés dans trois états d’Amazonie brésilienne (moins de 5 % des morphotypes rattachés à la catégorie « unique » parmi les espèces communes aux différents inventaires).

77Le Tableau 2 détaille les niveaux taxonomiques correspondant aux agroupements d’espèces dans la taxonomie populaire. Les espèces seulement agroupées (catégorie D de la figure précédente) et les espèces à la fois agroupées et fragmentées (catégorie C) sont prises en considération, soit 48 morphotypes au total (23,3 % des morphotypes retenus dans l’échantillon). Près de trois-quarts des cas d’agroupement concernent des espèces appartenant soit à des genres différents de la même famille botanique, soit à des familles différentes (Tableau 2). Ces résultats indiquent une marge de correspondance assez faible entre les deux taxonomies avec d’une part, près de la moitié des morphotypes n’ayant pas de correspondance unique et exclusive dans la taxonomie scientifique, et d’autre part, l’agroupement fréquent d’espèces de genres, voire de familles différentes, pour un même morphotype.

Tableau 2. Niveaux taxonomiques de l’agroupement des espèces botaniques dans la nomenclature populaire (n = 206 morphotypes). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques

Tableau 2. Niveaux taxonomiques de l’agroupement des espèces botaniques dans la nomenclature populaire (n = 206 morphotypes). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques

78Ces agroupements à différents niveaux taxonomiques se retrouvent également au niveau des séries à l’échelle d’un ou plusieurs informateurs (Tableau 3).

Tableau 3. Niveaux taxonomiques des agroupements d’espèces dans les séries (chaque numéro entre crochets renvoie à un identificateur différent). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques

Tableau 3. Niveaux taxonomiques des agroupements d’espèces dans les séries (chaque numéro entre crochets renvoie à un identificateur différent). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques

79Les processus d’agroupements et de fragmentations s’opèrent à l’échelle de la taxonomie individuelle (taxonomie d’un même informateur, cas A et C du Tableau 4) ou dans la taxonomie populaire « commune », impliquant l’ensemble des informateurs (cas B et D du Tableau 4). Dans ce dernier cas, l’agroupement, ou la fragmentation, pour un morphotype donné n’apparaît pas au niveau de la taxonomie individuelle mais seulement du fait de la juxtaposition des nomenclatures individuelles (ex dans le cas de l’agroupement du morão vermelho et dans le cas de la fragmentation du Rhabdodendron amazonicum (Rutaceae). Cette flexibilité de la nomenclature locale a d’ailleurs été clairement explicitée par les villageois eux-mêmes.

Tableau  4. Agroupement et fragmentation des espèces botaniques dans la taxonomie individuelle (à l’échelle d’un informateur) ou «collective» (en prenant en compte l’ensemble des informateurs). Chaque numéro entre crochet renvoie à un identificateur différent.

Tableau  4. Agroupement et fragmentation des espèces botaniques dans la taxonomie individuelle (à l’échelle d’un informateur) ou «collective» (en prenant en compte l’ensemble des informateurs). Chaque numéro entre crochet renvoie à un identificateur différent.

Conclusion

80Les relations qu’établissent les Ribeirinhos avec les végétaux se reflètent dans les catégories de plantes distinguées et leur nomenclature : ils font une opposition primordiale entre espèces domestiquées et espèces considérées sauvages, avec d’un côté le mato (adventices dans les abattis, espèces forestières sauvages non plantées) et de l’autre les plantas (espèces plantées) avec néanmoins une flexibilité entre ces deux catégories puisque certains matos peuvent être rattachés aux plantas s’ils bénéficient de soins particuliers de la part des agriculteurs. Les plantas sont donc en premier lieu catégorisées en fonction de la relation de proximité et d’attention que confère l’agriculteur au végétal.

81À cette première catégorisation des végétaux se superposent d’autres catégories en fonction de caractéristiques essentiellement morphologiques des végétaux. Ces catégories sont également flexibles, un végétal pouvant se rattacher à plusieurs d’entre elles en fonction de ses caractéristiques propres, de son stade de croissance mais également des informateurs interrogés qui privilégieront une catégorie au détriment d’une autre pour un végétal donné.

82De façon plus générale, la nomenclature locale renseigne sur différentes caractéristiques des végétaux, qu’elles soient liées à leur morphologie (taille, couleur, texture de l’écorce, fruits, graines, feuilles, exsudat…), à leur origine, leur utilisation locale ou leur écologie (distribution des espèces suivant le type de forêts ou de sols, types de parasites habitant dans la plante, consommateur primaire principal, agents disséminateurs des graines, caractéristique écologique liée au développement…). Cette nomenclature locale est riche mais également flexible. Elle reflète une hétérogénéité des connaissances de la part des informateurs vis-à-vis de la diversité végétale.

83Enfin, cette étude, en mettant en parallèle les taxonomies populaire et scientifique, a mis en évidence une correspondance assez faible entre elles : d’une part, près de la moitié des morphotypes n’ont pas de correspondance unique et exclusive dans la taxonomie scientifique ; d’autre part, un même morphotype regroupe fréquemment des espèces appartenant à des genres, voire à de familles différentes.

Je remercie l’UMR MNHN-IRD Patrimoines locaux, à laquelle j’étais rattachée durant cette étude, dans le cadre de ma thèse co-dirigée par Laure Emperaire
Je remercie le projet « Floresta em pé » du CIRAD.
Merci également au correcteur ou à la correctrice pour les remarques pertinentes qui ont aidé à améliorer ce papier.

Haut de page

Bibliographie

Baraloto C., Ferreira E., Rockwell C. & Walthier F. 2007 – Limitations and applications of parataxonomy for community forest management in Southwestern Amazonia. Ethnobotany Research and applications 5 : 077-084.

Couly C. 2009 – La biodiversité agricole et forestière des Ribeirinhos de la Forêt Nationale du Tapajós (Pará, Brésil) : usages, gestion et savoirs. Thèse de doctorat en ethnobiologie, cotutelle Muséum nationale d’Histoire naturelle – Université de Brasília, Paris, 325 p + Annexes [En ligne] http://hal.archives-ouvertes.fr/tel-00597906/

Couly C. & Sist P. 2012 – Use and knowledge of forest plants among the Ribeirinhos, a traditional Amazonian population. Agroforestry system 87 (3) : 517-523.

Denevan W. & Padoch C. 1988 – Swidden-fallow agroforestry in the Peruvian Amazon. Advances in Economic Botany (5), 107 p.

Friedberg C. 1986 – Classifications populaires des plantes et modes de connaissances. In : Tassy P. (Ed.), L’Ordre et la diversité du vivant. Quel statut scientifique pour les classifications biologiques ? Paris, Fondation Diderot, Fayard : 22-49.

Friedberg C. 1990 – Le savoir botanique des Bunaq : percevoir et classer dans le Haut Lamaknen (Timor, Indonésie). Mémoire du Muséum national d’Histoire naturelle, Botanique 32, 289 p.

Lawrence D.C. & Mogea J.P. 1996 – A preliminary analysis of tree diversity in the landscape under shifting cultivation north of gunung palung national park. Tropical biodiversity 3 (3) : 297-319.

Padoch C. & De Jong W. 1992 – Diversity, variation and change in Ribeiriños agriculture. In Redfort K.H. & Padoch C. (Ed.), Conservation of neotropical forests. Working from traditional resources uses. New York, Columbia University Press, 457 p.

Phillips O., Gentry A.H., Reynel C., Wilkin P. & Galves-Durand C.B. 1994 – Quantitative ethnobotany and Amazonian conservation. Conservation Biology 8 : 225-48.

Wilkie P. & Saridan A. 1999 – The limitations of vernacular names in an inventory study, Central Kalimatan, Indonesia. Biodiversity and Conservation 8 : 1457-1467.

Haut de page

Annexe

Liste des morphotypes cultivés et forestiers (jardins, abattis, forêts) connus par les Ribeirinhos de la Flona Tapajós, avec leur correspondance dans la nomenclature scientifique.

Abacateiro – Apui

Abacateiro – Apui

Aquiquizeiro – Batata

Aquiquizeiro – Batata

Boa macaca – Caneleira de velha preta

Boa macaca – Caneleira de velha preta

Caniceiro – Cedro

Caniceiro – Cedro

Cedro-Mogno – Cipó tingá

Cedro-Mogno – Cipó tingá

Cipó titica – Embaúba picuda

Cipó titica – Embaúba picuda

Embaúba vermelha – Goiaba de anta

Embaúba vermelha – Goiaba de anta

Goiabarana da mata – Jaca

Goiabarana da mata – Jaca

Jacarandá – Jutaí miudinho

Jacarandá – Jutaí miudinho

Jutaí-jatobá – Louro preto

Jutaí-jatobá – Louro preto

Louro rosa – Mastruz

Louro rosa – Mastruz

Matapasto – Murteira branca

Matapasto – Murteira branca

Murteira vermelha – Pau careca

Murteira vermelha – Pau careca

Pau d’arco amarelo – Pitanga da praia

Pau d’arco amarelo – Pitanga da praia

Piririma branco – Seringueira do igapó

Piririma branco – Seringueira do igapó

Seringueira do oriente – Taxi liso

Seringueira do oriente – Taxi liso

Taxi pedro – Urucu

Taxi pedro – Urucu

Uxi do liso – Morphotype 2

Uxi do liso – Morphotype 2

Légende : Jd : jardin, Ab : abattis, FdT : forêt de terre ferme, Ig : Igapó (forêt inondée). Remarque : Lorsque les végétaux sont désignés indifféremment avec ou sans le suffixe – zeiro dans la nomenclature locale, ils sont indiqués ici sans le suffixe (ex : l’abiu est synonyme d’abiuzeiro, le breu de breuzeiro, etc.). De plus, toutes les lianes sont indiquées ici avec le préfixe cipó.

Haut de page

Notes

1 Les morphotypes correspondent aux unités de reconnaissance des végétaux selon les villageois (Lawrence & Mogea 1996) et correspondent au terme anglais folk-species (Phillips et al. 1994). Ce sont donc les « espèces locales ». Certains auteurs parlent également d’ « ethnoespèces ».

2 Nous donnons ici la traduction littérale du nom en portugais, sans chercher à donner l’équivalent du nom populaire en vigueur en Guyane française où de nombreuses espèces se retrouvent.

3 Les exsudats sont nommés par différents termes locaux : "lait" (leite) lorsqu’il s’agit d’un exsudat assez liquide, blanc ou coloré (ex : cumaí, amapa, hévea, sucuúba, apuí), "huile" (óleo) lorsqu’il est plus liquide (copaíba), résine (breu) lorsqu’il est plus solide et relativement collant (jatobá, tenteiro vermelho). L’expression «sang de l’arbre» est aussi utilisée pour désigner les exsudats ou la sève.

4 Une série est un groupe de plantes ayant le même terme de base ; exemples la série du pin avec le pin sylvestre, le pin maritime, le pin d'Alep...

5 Feuilles opposées, alternes, lancéolées et acuminées pour les trois morphotypes.

6 Ces deux morphotypes n’ont pu être identifiés faute d’échantillons.

7 L’adjectif bravo signifie littéralement farouche ou courageux.

8 Un villageois interrogé a néanmoins clairement associé le stipe de la palmeira à un type de bois qui, selon lui, est utilisable dans l’artisanat local : “A palmeira, ela dá essa madeira que nem é o tucumã. Tem madeira por cima e dentro dele é ocado, ele tem uma massa fofa. A inajá é do mesmo jeito. Dá para usar a madeira para fazer artesanato.”/ “Le palmier comme le tucumã produit du bois. Il y a du bois au dessus, et à l’intérieur c’est creux, il a une texture molle. L’inajá est pareil. On peut utiliser le bois pour faire de l’artisanat.”[13]

9 Le commensalisme se différencie néanmoins du parasitisme au sens strict de par le caractère non destructeur de cette association pour l’hôte.

10 Cette analyse de recoupement entre la taxonomie scientifique et la parataxonomie a été volontairement restreinte aux morphotypes de forêt de terre ferme car ceux-ci ont pu être identifiés par différents informateurs locaux lors des relevés ethnobotaniques menés dans des parcelles forestières.

11 Nous englobons ici deux cas de figure : 1) les morphotypes dont le nom de l’espèce botanique a été formellement identifié, 2) les morphotypes identifiés seulement au niveau générique mais qui ont été distingués les uns des autres au niveau spécifique (ex : Astrocaryum sp. (esp. 1), Astrocaryum sp. (esp. 2)...).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation de la forêt nationale du Tapajós (en vert sur la carte du Brésil) et de notre village d’étude (Acaratinga) au sein de l’aire protégée (cercle noir sur la carte de droite)
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-1.png
Fichier image/png, 362k
Titre Photographie 1. Abattis dans la forêt nationale du Tapajós
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Figure 1. Distribution des morphotypes – unités de reconnaissance des végétaux selon les villageois – dans les jardins, abattis et forêts
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 1. Nombre de séries et nombre total de morphotypes recensés dans la nomenclature populaire (morphotypes cultivés et forestiers)
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-4.png
Fichier image/png, 112k
Titre Photographie 2. Capunga de curuá (Attalea attaleoides)
Légende En arrière plan (plantule avec les feuilles entières) et juvénile en premier plan, avec les feuilles composées (déjà palheira)
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Photographie 3. Palmier adulte acaule : palheira d’Attalea attaleoides
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Photographie 4. Palmiers avec stipe : palmeira
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Photographie 5. Liane apuí (Ficus sp.) s’enroulant autour d’un arbre
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Photographie 6. Lianes cipó escada de jaboti (Bauhinia sp.)
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Photographie 7. Transport des tubercules de manioc par une villageoise (une écorce fibreuse d’Envira branca sert de courroie de portage)
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photographie 8. Agroforêt d’hévéas près du village d’Acaratinga (Forêt nationale du Tapajós)
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Photographie 9. Un pau de quina : l’acariquara Minquartia guianensis
Crédits C. Couly
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 2. Identification des morphotypes rencontrés en forêt de terre ferme dans la nomenclature scientifique
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-13.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 3. Quantification des variations de correspondance entre la nomenclature populaire et la nomenclature scientifique (n = 206 morphotypes forestiers)
Légende Fragmentation : cas où le morphotype partage l’espèce botanique à laquelle il est associé avec au moins un autre morphotype. Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques (sans que celles si correspondent parallèlement à d’autres morphotypes). Agroupement et fragmentation : cas où un morphotype est associé à plusieurs espèces botaniques dont au moins une est désignée en parallèle par un autre nom populaire
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-14.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 2. Niveaux taxonomiques de l’agroupement des espèces botaniques dans la nomenclature populaire (n = 206 morphotypes). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-15.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Tableau 3. Niveaux taxonomiques des agroupements d’espèces dans les séries (chaque numéro entre crochets renvoie à un identificateur différent). Agroupement : cas où un morphotype correspond à plusieurs espèces botaniques
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-16.png
Fichier image/png, 31k
Titre Tableau  4. Agroupement et fragmentation des espèces botaniques dans la taxonomie individuelle (à l’échelle d’un informateur) ou «collective» (en prenant en compte l’ensemble des informateurs). Chaque numéro entre crochet renvoie à un identificateur différent.
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-17.png
Fichier image/png, 84k
Titre Abacateiro – Apui
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-18.png
Fichier image/png, 56k
Titre Aquiquizeiro – Batata
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-19.png
Fichier image/png, 57k
Titre Boa macaca – Caneleira de velha preta
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-20.png
Fichier image/png, 57k
Titre Caniceiro – Cedro
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-21.png
Fichier image/png, 58k
Titre Cedro-Mogno – Cipó tingá
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-22.png
Fichier image/png, 57k
Titre Cipó titica – Embaúba picuda
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-23.png
Fichier image/png, 57k
Titre Embaúba vermelha – Goiaba de anta
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-24.png
Fichier image/png, 60k
Titre Goiabarana da mata – Jaca
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-25.png
Fichier image/png, 57k
Titre Jacarandá – Jutaí miudinho
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-26.png
Fichier image/png, 60k
Titre Jutaí-jatobá – Louro preto
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-27.png
Fichier image/png, 55k
Titre Louro rosa – Mastruz
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-28.png
Fichier image/png, 61k
Titre Matapasto – Murteira branca
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-29.png
Fichier image/png, 63k
Titre Murteira vermelha – Pau careca
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-30.png
Fichier image/png, 65k
Titre Pau d’arco amarelo – Pitanga da praia
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-31.png
Fichier image/png, 64k
Titre Piririma branco – Seringueira do igapó
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-32.png
Fichier image/png, 58k
Titre Seringueira do oriente – Taxi liso
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-33.png
Fichier image/png, 58k
Titre Taxi pedro – Urucu
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-34.png
Fichier image/png, 57k
Titre Uxi do liso – Morphotype 2
URL http://ethnoecologie.revues.org/docannexe/image/1420/img-35.png
Fichier image/png, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Couly, « Perception des végétaux chez les Ribeirinhos d’Amazonie brésilienne », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ethnoecologie.revues.org/1420 ; DOI : 10.4000/ethnoecologie.1420

Haut de page

Auteur

Claire Couly

Post doctorante
UMR Espace-Dev, Centre IRD de Guyane
route de Montabo, BP 165, 97323 Cayenne Cedex, Guyane française
couly.claire@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo MNHN
  • Logo CNRS
  • Les cahiers de Revues.org